Michel Rocard se montre perplexe sur les compétitions électorales épuisantes pour le pays

Michel Rocard, dans un entretien à la revue Sens public, distille quelques réflexions intéressantes dont voici un échantillon :
« Tous les gens qui sont partis trop tôt ont perdu » (à l’élection présidentielle)
« Le système médiatique fait le calendrier et selectionne les candidats et enjeux »
« un candidat n’a de chance que s’il appartient à un camp pas trop éclaté »
« La démocratie est menacée. C’est irrémédiable. Ils ont le commandement réel du façonnage de l’opinion » (les médias)
« L’électroencéphalogramme n’est pas bien vaillant à l’intérieur du Ps aujourd’hui. »
« Nous n’appelons « réforme » que ce qui procède de la loi, que ce qui est brutal, après conflit, adopté par ne majorité souvent courte et de façon politisée. Or, une réforme est souvent issues de « décrets » ».
« La réforme de l’Etat n’existe pas. Il y a une multitude de petites réformes qui doivent réussir, beaucoup par le contrat, quelques unes par décret, de plus rares par la loi. »

A le lire, on a le sentiement que tout reste encore à faire pour cette élection présidentielle…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :