Voyage autour de la présidentielle (1)

Prologue à l’internaute

Il y a plusieurs façons de suivre la campagne à l’élection présidentielle. L’une d’elle consiste à échanger entre électeurs (tour à tour se montrant partisan, militant, simple électeur) où chacun fourbit ses arguments en faveur de son « poulain ».

Avant de retrouver les six bons amis (narrateur compris) de ce voyage, le plus souvent dans leur estaminet établit en quartier général, faisons les présentations rapides.

Stéphane est un militant d’extrême gauche. Il grandit dans une famille bourgeoise attachée à sa condition matérielle et dépourvue de toute conception spirituelle de l’existence. A l’université, il côtoya un groupe d’anarchistes, des « redskins ». Peu enclin au coup de poing, davantage attiré par des repères idéologiques, il s’en éloigna pour rejoindre la ligue communiste révolutionnaire par l’entremise d’une copine déjà engagée. Aujourd’hui, Stéphane est un travailleur social, s’investit dans diverses actions « humanitaires », espérait un candidat unique de la gauche anti-libérale, pour finalement se rabattre sur le candidat de la LCR, Olivier Besancenot. C’est un ami d’enfance du narrateur.

Rachel est une traumatisée du « 21 avril ». « Plus jamais ça » est son crédo en forme de cri de ralliement et d’argument ultime. Adhérente au Parti socialiste, elle participe aux activités de sa section par devoir. Elle croit à tous les détails et vieilles lunes susceptibles d’éviter un nouveau « 21 avril » : inscription sur les listes électorales, choix de la candidate qui a le plus de chance de l’emporter selon les sondages, la reconquête de l’électorat populaire etc. C’est une cousine du narrateur.

Quitterie est une fan de François Bayrou. Choisir n’étant pas son fort surtout quant le choix n’en est pas un, elle trouve le système de « ni-ni » du candidat centriste apaisant et rassurant. Faites l’amour pas la guerre serait une formule qui résume  assez bien son aspiration à la démocratie chrétienne. C’est une amie d’une amie du narrateur.

Olivier est un tout nouvel adhérent de l’Ump. Le jour où il vit Nicolas Sarkozy à une émission télévisuelle, il sut que c’était lui. Entrons de plain-pied dans ce monde où l’économie est reine, soulageons-nous de ce que nous pensons en le disant et cela ira mieux. Le volontarisme c’est son truc! C’est un ami de banc d’université du narrateur.

Rémi est un électeur du Front national. Exaspéré par les injustices, fatigué des oukases bien-pensantes, sceptique à l’égard du système institutionnel, il attend une rupture de fait. C’est un ami qui a pratiqué le rugby de clocher avec le narrateur.

Enfin, il y a le narrateur lui-même. Il ne croit pas en la démocratie, doute de la République, qui sont de véritables méprises philosophiques. Mais le jeu électoral l’amuse tout comme il se plaît à suivre une rencontre sportive.

Et maintenant, tout au long de la présidentielle, retrouvons ces six personnages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :