Sondages : arme du vote utile

mars 10, 2007

Loïc Blondiaux, professeur à l’IEP, explique avec beaucoup de pertinence, dans une réflexion publiée dans le journal Le Monde daté du 10 mars,  l’usage fait des sondages. Ainsi apprenons-nous qu’ils ne sont que des outils au service du conditionnement médiatique, les suppôts du vote utile.

Pourtant les enquêtes d’opinion fournissent des enseignements sûrement non négligeables, mais voilà, les médias nous en livrent que l’écume superficielle.

Par ailleurs, Loïc Blondiaux nous distille plusieurs mises en garde sur la valeur des sondages lesquelles passent à côté d’une part non négligeable d’informations par de multiples pondérations des plus subjectives.

Article vraiment à lire pour prendre les sondages pour ce qu’ils sont vraiment. 


En attendant le vote inutile…

janvier 31, 2007

Nous connaissons au moins un angle de campagne des socialistes : Non au statut de ministre-candidat de Sarkozy!

Pas très glorieux mais ça débarrasse, doit-on se dire au Ps. En effet, le trouble est jeté sur une double fonction permettant à Sarkozy de s’adonner aux coups bas, tout en l’accusant de prévarication.

Après une enquête des RG sur un proche de Royal, voilà que nous apprenons, par le Canard enchaîné, qu’une autre enquête aurait été diligentée cette fois sur le patrimoine du couple Royal-Hollande, et ce, avant que le public découvre que le couple s’acquittait de l’Isf…

Vrai, pas vrai, là n’est pas mon propos. Jetons juste un oeil sur la gestion de crise de Sarkozy que j’ai commencé à évoquer dans un précédent billet :

 1 – Une opération de déstabilisation est lancée contre lui à propos du mélange des genres entre ministre et candidat.

2 – Une enquête RG aurait été commanditée sur un proche de Royal, afin de prouver que ce mélange des genres nuit au bon déroulement de la campagne et romprait l’égalité entre les candidats.

3 – Sarkozy, s’exprime en dénonçant de ridicules calomnies et ironise même sur une enquête plus utile sur le programme de Royal. Pas question d’aborder la question de la démission à ce moment, qui serait du plus mauvais effet auprès de l’opinion.

4 – Ce matin, sur Europe 1, il annonce qu’il quittera ses fonctions « un mois et demi avant le second tour » du scrutin présidentiel. Annonce, à froid, sans donner l’impression de céder à la pression.

5 – Le Ps et Royal devrait continuer d’interpeller l’opinion sur le sujet, et Sarkozy aura beau jeu de rappeler la règle « morale » qu’il s’est fixée.

A suivre…


Nous sommes tous des militants !

novembre 13, 2006

« L’affaire » de la vidéo sur les propos de Ségolène Royal concernant les professeurs, nous révèle l’étendue des possibilités militantes sur Internet. Loïc Le Meur nous fait le point sur son blog.


Blog politique : vu à la TV !

novembre 13, 2006

France 3 Normandie a diffusé un reportage sur l’intérêt du blog en politique. Et ce n’est qu’un début, images, sons, commentaires etc. vont animer et orienter de plus en plus le débat politique.


Y’a-t-il un candidat sur Internet?

novembre 12, 2006

En 2002, la campagne présidentielle sur Internet se limitait aux sites des candidats, dont la « grande » innovation était les « chats ». A leur marge, quelques sites de soutiens tentaient de trouver des idées pour relayer via le Net leurs convictions, « gauche story », « le vrai jospin » etc…

Cinq ans plus tard, il est fort à parier qu’Internet jouera un rôle bien plus considérable. Etonnament, les candidats semblent observer ce qui se passe, satisfaits de leur site, tandis qu’une révolution est en marche avec le web 2.0. Du coup, il n’est pas surprenant que le web soit seulement utilisé comme moyen de nuisance; Ségolène Royal en est le bon exemple actuellement.

Sur ce phénomène, un billet mérite vraiment le détour sur « mémoire vive ».

Reste à s’interroger sur la passivité des élus, candidats, partis qui n’entreprennent rien pour se valoriser. Comment se fait-il que seul Jean-Marie Le Pen exploite « à fond » ces nouvelles technologies, notamment via son « journal de bord« ?

Alors, que tous ces élus arrêtent de s’interroger sur la désaffection des Français à l’égard de la politique, et se prennent un peu en main. 


Jacques Chirac et très loin les autres

novembre 1, 2006

Après un documentaire sur France 2 qui, au vu de l’audience, a très bien marché, un déplacement en Chine avec à la clé de nombreux contrats décrochés pour les entreprises nationales et lundi un entretien dans le Figaro très pertinent, Jacques Chirac est décidément en très grande forme…

A l’instant même où les deux stars politiques du moment Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy piétinent : Royal empêtrée dans les débats internes du Ps et Sarkozy étonnamment aphasique. Et si les appartements témoins, opinion en main, n’étaient pas du goût du peuple?

Mais qu’est ce qui fait courir Jacques Chirac? Décidément sa décision quant à son avenir politique est en passe de devenir un véritable buzz politique.


La blogosphère : Une autre politique est possible !

octobre 12, 2006

Les grands médias réservent une part toujours plus importante à la blogosphère (chroniques, soirées débat, plate-forme de blogs etc.). La blogosphère s’organise physiquement avec des événements comme la République des Blogs. Des personnalités politiques de premier plan ont assuré la promotion de l’outil en ouvrant leur propre blog (Dominique Strauss-Khan , Alain Juppé , Jean-Pierre Raffarin ) ainsi que des personnalités moins influentes (annuaire des blogs politiques ). Des militants ont ouvert des blogs sur leur personnalité préférée. Des bloggers dits « politiques » sont invités par les partis politiques à l’occasion de leurs grandes manifestations…
Assurément tous les ingrédients sont désormais réunis pour faire de la blogosphère un espace politique à part entière.
Cependant, le blog n’est-il pas devenu l’arme par excellence du faible contre le fort, du challenger contre le defender, d’une certaine manière une force contre les pesanteurs celles du politiquement correct?

En somme, un espace pour reprendre une formule de Stéphane Denis (écrivain et journaliste au Figaro) où « il n’est pas exclu que les idées s’expriment ».